Y a-t-il trop de condos à Montréal ?

Publié le 01-05-2017

Au centre-ville de Montréal, les ventes de copropriétés ont bondi de 21 % en 2016. Actuellement, on retrouve un acheteur pour 13 copropriétés à vendre.

La situation était pire l’an dernier avec 19 propriétés pour un acheteur. « Le marché tend à s’équilibrer, mais nous sommes encore dans un marché d’acheteurs », confirme Tania Bourassa, analyste à la SCHL.

En mars 2017, l’organisme a répertorié au Québec 2757 logements en copropriétés achevés d’être construits, mais non vendus. Ce nombre est de 2044 pour la région métropolitaine de Montréal.

Une question populaire 

Y a-t-il trop de condos à Montréal ? « C’est la question qu’on nous pose le plus souvent. Je réponds toujours non car s’il y a des promoteurs qui construisent, il y a toujours des acheteurs pour ces nouveaux condos », indique le courtier immobilier de 10 ans d’expérience, Frandy Cherestal.

Dans leur bureau sur la rue Maisonneuve, lui et son collègue Derek Beech accueillent les investisseurs intéressés par l’acquisition d’une copropriété. « De plus en plus de jeunes veulent demeurer en ville. C’est la réalité qu’on voit sur le terrain. Plusieurs désirent voyager à travers le monde et disent non à la banlieue. »

Moins de 500 000 $ 

Ses clients sont attirés par la métropole en raison de la bonne réputation des quatre universités. Le prix aussi est attrayant. « En bas de 500 000 $, on a quelque chose de bien », ajoute Derek Beech.

Parmi leurs copropriétés à vendre, le plus bas prix revient à 199 000 $ pour un studio sur la rue Saint-Mathieu, à Montréal. « Le marché de l’immobilier est actuellement comparable à un adolescent en pleine crise d’adolescence. Ça pousse partout et tout croche », illustre Frandy.

Dans ce marché d’acheteurs, l’inconvénient c’est que cela prend plus de temps à vendre une copropriété. Le délai est passé de 30 jours à 120 jours (entre trois et quatre mois.)

« Il y a encore beaucoup de compétition sur marché. Je prévois que tout va se replacer d’ici 2 à 5 ans. Les prix vont alors augmenté après cette période de transition », commente M. Cherestal.  

Hausse de résidents

De son côté, Laurent Emery, directeur du Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec (RGCQ) ne pense pas qu’il y a trop de condos en construction sur l’île de Montréal. «Les tours se vendent relativement vite. Il ne faut pas oublier que la Ville de Montréal prévoit l’arrivée de 50 000 nouveaux résidents au centre-ville de Montréal d’ici 2030 et 100 000 nouveaux autres d’ici 2050. »

Même son de cloche chez Michel Charlebois, président de l’Association des syndicats de copropriété du Québec. « Ça pousse maintenant sur 20, 30 ou 40 étages en raison de la pénurie de terrains. S’il y a des promoteurs qui construisent, c’est qu’il y a des acheteurs » dit-il.

Marché 

L’analyste Vincent Shirley du Groupe Altus étudie le marché de la copropriété neuve. « En 2017, on voit une augmentation de la demande et une baisse de l’offre. Cela n’a rien à voir avec la période de 2013 à 2015 », indique-t-il.

En 2016, son étude montre que le centre-ville de Montréal enregistre 79 % des ventes de copropriétés, le taux le plus haut du territoire qui comprend la Rive-Nord, la Rive-Sud, Laval et le reste de l’île.

« On constate une diminution impressionnante de 19 % de l’inventaire réel sur un an, occasionnant ainsi 1362 unités invendues. Celles-ci sont construites et disponibles pour occupation immédiate. Le niveau des ventes des unités se situe donc à 87% », indique le rapport du Groupe Altus.

Tendance

L’économiste Paul Cardinal de la Fédération des Chambres immobilières du Québec conclut sur une note positive. « Si la tendance se maintient à Montréal, on se dirige vers un marché équilibré d’ici la fin de 2017 », prédit-il.

Toutefois, la région de Québec continue d’être aux prises avec un surplus de copropriétés.


Les meilleurs vendeurs de copropriétés à Montréal

Centre-ville : Les projets Tour des Canadiens Phase 2, Tom Condos et Gallery Loft sur le canal phase 2

Ile de Montréal : Evolo Phase X, Terrasse Verte et Boro Condos (SHDM)

Laval : Les projets Square Jean-Béraud phase E et Urbania phase 2 bâtiment D 

Rive-sud : Les projets Quartier Victoria phase 3 et Éco-Quartier de la Gare Champlain 3 

Rive-nord : Les projets Sentiers de la Gare bâtiment E1 et M Lorraine. 

Source : Groupe Altus 

 


*Prix médian des copropriétés en 2016 

Dans la région de Montréal, le prix médian des copropriétés a augmenté de 6 % passant de 227 000 $ en 2013 à 240 00 $ en 2016.  


Ile de Montréal : 285 000 $ (+3 %)
Laval : 216 500$ (+1 % )
Rive-Sud : -1% (195 000 $)
Basses-Laurentides : -1 % (175 000 $)
RMR de Montréal
Ventes en hausse de 8 %
Délai de vente moyen : 121 jours
Source : Fédération des chambres immobilières



Par Annie Bourque

  Les sujets traités sont offerts à titre d'information et ne représentent pas des avis juridiques.

Dans la même catégorie : Actualité

Revue de Presse

  29-09-2017

Revue de presse

  01-10-2016

Prix Domus pour le projet Le Jardinier de KnightsBridge

Le Jardinier, le premier projet de la série Nature de KnightsBridge a remporté un prix Domus lors de la 34e édition…
  01-03-2017
blog comments powered by Disqus