Une ambassadrice pour le projet Loggia à Saint-Lambert

Publié le 30-10-2017

Valérie Maltais est l’ambassadrice du projet domiciliaire Loggia à Saint-Lambert.


Les promoteurs du projet Loggia à Saint-Lambert ont réussi un coup de marketing en choisissant comme ambassadrice, Valérie Maltais, une athlète olympique de patinage de vitesse.

La jeune femme de 27 ans emménagera dans son condo chez Loggia en avril 2018, après les Jeux Olympiques de PyeongChang. «C’est notre façon de s’impliquer dans la communauté», explique Annie Lemieux, présidente de LSR GesDev.

La championne de quatre médailles au relais en Coupe du monde, étudie en nutrition au Collège de Maisonneuve à Montréal. Elle incarne le type de clientèle recherché.

Le projet domiciliaire de Loggia incluant 241 unités est situé tout près de la gare. «On s’adresse à des jeunes professionnels, des mères mono parentales travaillant au centre-ville de Montréal et qui se déplaceront en train.»

En fin de semaine dernière, des personnes plus âgées sont venus visiter l’unité-modèle du complexe. Plusieurs d’entre eux ont démontré un intérêt. «On nous a dit : laissez-moi vendre ma maison et je vous reviens», ajoute Mme Lemieux.

Première phase

La première phase de 66 unités locatives est complétée. À l’heure actuelle, 23 locataires ont emménagé dans le premier des quatre bâtiments modulaires de six étages.

«Nous avons connu certains retards de construction qui nous a empêchés d’accueillir les locataires en juillet», indique Mme Lemieux. En novembre, les travaux d’aménagement paysager seront achevés.

Les trois autres phases de construction des 78 modules, soit un total de 241 unités seront échelonnées jusqu’en 2021.

Commodités 

Sur le site, les gens ont accès à un lounge commun, jardin communautaire, salle de conditionnement physique, modules de jeux pour enfants, bornes électriques. Et plus tard, s’ajoutera une piscine extérieure et service de conciergerie, lave-auto, etc.

Système acoustique 

Le projet Loggia St-Lambert se démarque par la technologie SIM (structure indépendante modulaire) des Industries Bonneville. Cela permet de concevoir des unités d'habitation distinctes, structuralement indépendantes les unes des autres. Autrement dit, chaque unité possède ses propres murs, plancher et plafond, pour un rendement acoustique de qualité.

«Nous avons également misé sur une structure de bois conçue et fabriquée ici même au Québec. Et pour compléter ce que nous appelons «l’expérience maison», nous avons doté chaque unité d’un très large hall d’entrée qui vient créer une zone tampon fort utile et appréciée avec le corridor commun», précise la présidente LSR GesDev.

Courage et détermination

Durant le retard de construction, imputable grandement aux pluies diluviennes de l’été dernier, la femme d’affaires a toujours gardé confiance. «Peu importe notre emploi, il nous arrive tous de rencontrer des défis. L’important, c’est de passer au travers avec détermination et courage», confie-t-elle.


Loggia en bref 

- Coût de construction : 70 M $ 

- Stationnement intérieur

- Ascenseur

- Cour intérieure aménagée avec espaces de détente (pergola + foyer au gaz)

- Système de construction modulaire de Bonneville

- Système de climatisation

- Chute à récupération et déchets

- Coût du loyer : de 1 375 $ à 2 205 $

L’unité modèle ouverte au grand public

975, avenue Saint-Charles

www.loggiasaintlambert.com


L’engouement pour le locatif

À l’heure actuelle, la présidente de LSR GesDev Annie Lemieux mène trois projets domiciliaires de front. À Montréal, dans le quartier Griffintown, s’amorcera en 2018, la phase 3 de la construction de l’immeuble Arbora. 

Le projet Arbora, un investissement de 130 millions de dollars, propose 435 logements soit 272 logements locatifs, 163 en copropriétés dont 30 maisonnettes urbaines. www.arboragriffintown.ca.

Puis, à Saint-Lambert, on achève la construction d’un projet de 51 condominiums luxueux, Vic &Lambert, viclambert.ca au coût de 21 millions. La fin des travaux est prévue pour mars 2018. 

Le projet domiciliaire Loggia à Saint-Lambert est entièrement un complexe multilocatif.  «Il y a cinq ans, observe Mme Lemieux, la location était très peu populaire. Avec l’adoption de nouvelles règles de financement de la SCHL, l’accès à l’achat de condos est devenu plus difficile.»

«Les logements locatifs répondent très bien aux besoins de gens qui veulent s’établir à un endroit de façon temporaire.»

Mme Lemieux ajoute que les gens veulent aussi éviter de payer les taxes de mutation, les frais de condos élevés, etc. 

«On le voit chez nous et chez d’autres promoteurs, il y a un engouement pour le logement locatif», conclut-elle. 

Toutefois, dans des cas de condominiums plus luxueux, Mme Lemieux demeure convaincue qu’il est préférable de devenir propriétaire. Il s’agit là d’un investissement pour l’avenir. 


Par Annie Bourque

  Les sujets traités sont offerts à titre d'information et ne représentent pas des avis juridiques.

Dans la même catégorie : Projet immobilier

La Tour des Canadiens séduit bien plus que les amateurs de hockey

La Tour des Canadiens, c’est un projet ambitieux, se déployant pour le moment en deux phases – 52 étages pour la…
  12-04-2016

Des programmes qui facilitent l’achat d’une copropriété à Montréal

Les acheteurs montréalais qui n’ont pas les moyens d’acheter des condos de luxe peuvent quand même devenir…
  02-05-2018

Arborescence, un nouveau projet de condos-refuges à Bromont

Le développeur immobilier KnightsBridge lance officiellement un nouveau projet unique à Bromont, Arborescence, une…
  11-09-2018
blog comments powered by Disqus