Plus de 100 000 visiteurs à l’Expohabitation de Montréal

Publié le 01-03-2017

Laurent Emery, directeur général du Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec ( RGCQ). 
Crédit : Annie Bourque


Dès l’ouverture de l’Expohabitation de Montréal, le 9 février dernier, une longue filée de gens avançaient patiemment à l’intérieur du Stade Olympique. Encore une fois cette année, l’événement a remporté beaucoup de succès avec la présence de plus 100 000 visiteurs.

Sur place, plusieurs pavillons ont suscité la curiosité des consommateurs qui jetaient un coup d’œil sur les dernières nouveautés en matière de BBQ. Au PavillonCondo, le directeur général du Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec (RGCQ) Laurent Emery était heureux de rencontrer les membres de son association qui pouvaient obtenir des consultations juridiques gratuites sur place.

« Notre organisme représente 40 000 unités de condos dans les trois régions de Montréal, Québec et de l’Outaouais », dit-il au cours d’un entretien avec la représentante de Condo Propriétaire.

Augmentation des tours

M. Emery a dressé un portrait de la copropriété à Montréal. Il prévoit la construction de nouvelles tours de condos au centre-ville. « On n’a plus le choix de construire en hauteur en raison de la densité de la population et il n’y a presque plus de terrains disponibles », précise-t-il.

Récemment, Richard Bergeron, membre du comité exécutif à la Ville de Montréal et conseiller de Ville-Marie-Saint-Jacques a prédit une croissance de la population dans son quartier. « Le nombre d’habitants augmentera de 100 000 d’ici 2050 », mentionne Laurent en citant M. Bergeron.

À quelques pieds de là, les promoteurs de Gestion Immobilière Immpax étaient debout, juste en face d’une pancarte illustrant deux grandes tours. Sur la photo, on reconnaît le complexe L’Avenue, une nouvelle tour de 50 étages qui est construite tout près du Centre Bell.

« Sur 304 unités, il reste seulement six logements de libre dont trois Penthouses », explique Richard Tadros dont l’entreprise offre des services en gestion immobilière à des syndicats de co-propriétés, des multi-logements, des propriétés commerciales ou industrielles dans la grande région de Montréal.

« D’ici trois ans, je suis convaincu qu’on va construire une tour encore plus haute que celle de l’Avenue », indique de son côté Max Trusgnach, vice-président, d’Immpax.  


Nouvelle allure 

À l’Expohabitation, de nombreux spécialistes étaient présents pour conseiller les visiteurs désireux de revamper le look de leur domicile. Les condos des années 90 adoptent maintenant une nouvelle allure grâce à des gens comme Liza Castro, designer d’intérieur. Depuis les trois dernières années, elle reçoit de nombreuses demandes pour rénover les copropriétés ou résidences privées.

Qu’est-ce qui est populaire en ce moment ? Les consommateurs aspirent à la luminosité et veulent de grandes fenêtres. « On me demande d’abattre des murs entre la salle à manger, la cuisine ou le salon. Les gens désirent des espaces à aires ouvertes », explique-t-elle.


Imitation bois 

Dans la cuisine, les armoires à base de noyer sont très populaires. Les gens optent de plus en plus pour des comptoirs fabriqués à partir de matériaux résistants comme le dekton ou le lapitec. On peut donc y poser un chaudron chaud sans risque de marque.

On remarque aussi une nouvelle tendance soit un gros luminaire en cuivre qui trône juste au-dessus de l’îlot.

Les planchers en bois sont toujours populaires. Les consommateurs vont opter pour du vinyle qui imite parfaitement le bois. La surface reflète une apparence de lattes en bois. Le résultat donne un cachet rustique et ce, à moindre coût.


Recommandation

Attention toutefois avant de changer rapidement votre tapis de votre copropriété. Rencontré au Salon d’ExpoHabitat, l’avocat Pierre G. Champagne du cabinet De Grandpré Jolicoeur a raconté une anecdote qui fait réfléchir. « Un propriétaire d’un condo a enlevé tous les tapis afin d’installer des planchers de bois. Les gens au troisième étage se sont plaints du bruit. Nous sommes allés en injonction ». L’homme en question a dû remettre les tapis et payer les travaux. Une facture qui a grimpé à plus de 29 000 $.

« Cela vaut la peine de lire nos règlements sur notre contrat car cela évite bien des déceptions et frustrations », a confié M. Champagne.

 

L’avocat Pierre G. Champagne du cabinet De Grandpré Jolicoeur recommande de bien lire les règlements de votre copropriété avant d’entreprendre des travaux de rénovation. 

Crédit : Annie Bourque


Richard Tadros et Max Trusgnach, respectivement président et vice président de Gestion immobilière Immpax. 
Crédit : Annie Bourque

 

Par Annie Bourque

  Les sujets traités sont offerts à titre d'information et ne représentent pas des avis juridiques.

Dans la même catégorie : Actualité

Popularité des espaces-verts en copropriété

Une tendance à Montréal et ailleurs
  01-02-2017

10% de plus de ventes des copropriétés au Québec en août

Chaque mois JLR, une entreprise financière reconnue pour son expertise dans le secteur immobilier, fournit à…
  14-09-2016

YUL Condominiums et l’aide aux sinistrés

Dans le cadre d’une campagne de financement pour venir en aide aux milliers de sinistrés touchés par les inondations…
  01-06-2017
blog comments powered by Disqus