Le marché du condo en bref

Publié le 21-06-2016

Projet controversé : VillaNova de Catania

La controverse concernant le projet Villanova a refait surface. Hugos Jocas du Journal de Montréal a rapporté le 16 juin dernier que l’arrondissement de Lachine ne délivrera pas les permis de construction pour le projet VillaNova de Catania avant le printemps 2017. Le quotidien souligne que l’arrondissement a déploré que Catania et un de ses constructeurs ont fait circuler de l’information inexacte sur les délais de livraison et les plans de son nouveau projet, sur le site Jenkins dans Lachine. Un peu plus tôt le journaliste Maxime Bernier de La Presse.ca avait publié le 11 juin un article dans lequel il écrit ceci : «le parfum de controverse qui entoure le promoteur Catania n'a pas repoussé les acheteurs du super projet VillaNova, à Lachine-Est. Bien au contraire : 1000 personnes se sont présentées à l'ouverture du bureau des ventes, samedi dernier, et les transactions conclues en un seul après-midi ont totalisé 25 millions de dollars». Notons que le président de l'entreprise, Paolo Catania, a été arrêté par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) en 2013. Il fait face à plusieurs accusations criminelles, dont complot, fraude et abus de confiance, de même qu'à plus de 100 chefs d'accusation de Revenu Québec, a rappelé le quotidien montréalais. Pour sa part, le Journal de Montréal a écrit que le liquidateur du groupe Catania, PricewaterhouseCoopers (PwC) a même dû s’engager à faire cesser la «publicité de vente inexacte». Le projet comprendrait la construction de condos.


Des clients qui « flirtent » avec les courtiers

Julie Roy de La Presse.ca a publié mercredi dernier un article sur l’univers insoupçonné des courtiers et des courtières. «Il semble bien que certaines personnes soient fort attirées par les courtiers et les courtières, écrit la journaliste. Certains n'hésitent pas à les inviter à «regarder» des photos de maisons avec eux ou à afficher certains de leurs atouts physiques de manière bien ostentatoire. Devant certains clients trop insistants, certaines courtières ont pris l'habitude de demander à un collègue masculin de les accompagner lors des visites»



Une vedette hollywoodienne perd son droit au condo loué

Selon La Presse.ca du 15 juin, la vedette hollywoodienne Jennifer Lawrence, en tournage pendant tout l'été à Montréal, pourrait être évincée du condo de luxe qu'elle occupe en raison d'une dispute entre copropriétaires. Le syndicat de copropriété de l'édifice Sir George Thompson vient de s'adresser à la justice pour obtenir le droit d'en « expulser » d'urgence l'actrice et son personnel, a confirmé une source à La Presse après la publication d'informations concordantes par le site Droit-Inc. Le règlement de l'immeuble de prestige, situé rue Sherbrooke Ouest, interdit toute location pour moins d'un an et toute location commerciale.


Les trucs d’un bon courtier

Le but de chaque courtier: vendre des propriétés. Et pour y arriver, rapporte La Presse.ca, chacun a ses trucs. En voici cinq fournis par les pros : la fourchette de prix, ou c’est mieux de mettre sa maison 199 900 $ que 201 000 $ parce que les gens qui cherchent sur internet en bas de 200 000 $ ne vous trouveront pas, raconte un courtier. Second point : «flairer la bonne affaire», c’est-à-dire que «La traditionnelle tarte aux pommes ou l'odeur de café frais dans la maison sont des trucs qui marchent toujours». S’ajoute cette «image qui vaut mille mots», notamment avec des photos ou des vidéos prises en plein été. Et pour conclure, place à la lumière avec un «bon éclairage», et surtout «l'ordre et la propreté».


Les casse-têtes des courtiers

Vendre au prix tant souhaité ou croire que l’on va acheter moins cher sans considérer le marché est devenu un casse-tête pour les courtiers face à leurs clients. La Press.ca du 15 juin décrit ce phénomène. «Même si les courtiers sont passionnés par leur métier et les contacts humains qu'ils font tous les jours, ils avouent qu'il n'est pas toujours aisé de travailler avec le public. Plus d'un comportement les énerve, et la question du prix de vente remporte la palme. «La flambée des prix s'est amoindrie, mais les gens ont encore tendance à croire que leur maison vaut plus que la valeur du marché. Nous avons beau le leur dire, ils ne nous écoutent pas. Ensuite, on se fait reprocher que la maison ne se vend pas!», raconte Steve Léveillé.»



Pénalités hypothécaires exagérées

«Il faut mettre fin à ces pénalités hypothécaires exagérées», titre Daniel Germain, blogueur pour le journal Les affaires. «Selon la base de données de RateHub, une firme spécialisée qui a conçu un comparateur hypothécaire, les acheteurs mettent fin à leur contrat, en moyenne, après trois ans. Cela veut dire qu’il y en a qui se rendent au bout et qui renouvellent leur hypothèque après cinq ans, mais surtout qu’il y en a beaucoup qui vendent leur maison un, deux, trois ou quatre ans avant d’être arrivés au terme de l’entente». Et d’ajouter : «Je ne sais pas qu’elle est la fiabilité des données de RateHub. Mais quand il faut vendre la maison, il est rare que ce soit synchronisé avec le contrat hypothécaire. Un divorce, une perte d’emploi, un transfert, un coup de coeur, l’arrivée d'un bébé, il y a bien des raisons qui peuvent nous mener à déménager, vendre sa maison et faire un paiement anticipé de son hypothèque.



Mieux connaître les emprunteurs hypothécaires canadiens

L’Observateur du logement en ligne, un journal de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, a publié une enquête qui fournit de l’information sur les comportements, les attitudes et les attentes des Canadiens au moment de contracter, de renouveler ou de refinancer un prêt hypothécaire. À ce sujet, il en ressort une augmentation de l’utilisation de la technologie mobile (27 % en 2016 et 17 % en 2015) et celle des médias sociaux (29 % en 2016 et 20 % en 2015). Les accédants à la propriété (38 %) et les emprunteurs qui ont recours à un courtier sont les plus susceptibles d’utiliser les médias sociaux pour trouver de l’information sur les prêts hypothécaires. En mars 2016, la SCHL a sondé en ligne 3 006 emprunteurs hypothécaires récents.

  Les sujets traités sont offerts à titre d'information et ne représentent pas des avis juridiques.

Dans la même catégorie : Actualité

Revue de presse

  01-10-2016

Revue de Presse

  01-05-2017

10% de plus de ventes des copropriétés au Québec en août

Chaque mois JLR, une entreprise financière reconnue pour son expertise dans le secteur immobilier, fournit à…
  14-09-2016
blog comments powered by Disqus