L’inspiration d’un architecte au sommet de son art

Publié le 01-12-2017

À l’extrême droite, on reconnaît l’architecte Jean-Pierre LeTourneux, lors de l’inauguration de la 2e Tour Yul Condominiums


Étudiant en architecture, Jean-Pierre LeTourneux habitait le dernier étage d’un modeste logement à Outremont. Le vendredi soir, l’été, il sirotait un verre de vin en observant le coucher de soleil sur le Mont-Royal.

Dans ses projets de tours de condominiums situées au centre-ville de Montréal, l’architecte garde en tête cette image. «Au dernier étage de l’une des tours Yul, les gens vont retrouver cette vue sur la montagne et même apercevoir les avions se dirigeant vers l’aéroport de Dorval», illustre-t-il en entrevue.

Plusieurs observateurs ont qualifié ce projet résidentiel de chef-d’œuvre d’architecture. Le projet Yul comprend deux tours d’habitation de 38 étages, 800 unités et 17 maisons de ville.

En cours de route, les plans ont été entièrement modifiés pour le mieux. «On a préservé un immense espace vert, l’équivalent du Square Philipps.»

Tendances 

Au quotidien, l’architecte montréalais s’inspire des pratiques en développement durable. De plus en plus, on priorise un toit vert où des végétaux pousseront sur le dernier édifice d’un immeuble.

«On vise aussi la gestion écologique de l’eau et des déchets tout en optimisant le plus possible la lumière naturelle», indique-t-il. Aujourd’hui, la majorité des nouveaux projets de condominiums possède de grandes fenêtres qui laissent entrer le soleil à profusion.

«Grâce à un système de salles électriques centralisées, on peut récupérer la chaleur afin de chauffer par exemple les espaces communs dont le Spa, la piscine», explique-t-il.

Ces mesures entraînent une grande diminution au niveau de la consommation énergétique. Une tendance inéluctable. Car les promoteurs savent qu’en fin de compte, ils vont économiser sur les dépenses de chauffage et de climatisation.

Un milieu de vie

Comme architecte, M. LeTourneux est fier de réaliser un projet résidentiel qui deviendra un véritable milieu de vie pour des centaines de gens. «Avec le projet Yul, on a créé en quelque sorte un village, un quartier. J’espère que les gens vont s’approprier cet environnement et le partager avec les autres résidents.»

«Cela fait partie des tendances, ajoute-t-il. Les gens veulent être bien chez eux et participer à la vie communautaire.»

Flexibilité

Aujourd’hui, les architectes conçoivent des plans qui peuvent devenir flexibles. «Un jeune professionnel peut acheter une unité. Cinq ans plus tard, il a besoin d’un plus grand espace. Il faut s’organiser afin d’ajouter une pièce additionnelle. On n’a pas le choix de planifier des logements flexibles.»

Projets

À son bureau de la rue Sainte-Catherine, une équipe de centaine de personnes travaillent pour le bureau de Menkès Shooner Dagenais Letourneux.

«Tous, on a hâte de venir travailler parce qu’on a de beaux projets. On essaie toujours de se surpasser.»

De tous les projets, 25% sont liés au secteur résidentiel et l’autre 75% à des développements d’ordre institutionnel (Complexe des Sciences de l’Université de Montréal) ou commercial (L’Esplanade à la Place Ville-Marie).

«Il n’y a jamais un projet pareil. Il y a toujours un nouveau défi ou de nouvelles façons de faire. On sort continuellement de notre zone de confort», résume M. LeTourneux.

L’homme est humble et modeste. «J’ai tendance à être très critique. Je devrais peut-être me faire psychanalyser pour ça», dit-il, à la blague.

Son plus récent projet, la 2e Tour Yul, inaugurée en octobre dernier suscite chez lui un sentiment d’accomplissement. «C’est un beau projet de qualité qui va emmener des gens à habiter et vivre ensemble au centre-ville de Montréal et cela, j’en suis bien fier.»

Par Annie Bourque 


  Les sujets traités sont offerts à titre d'information et ne représentent pas des avis juridiques.

Dans la même catégorie : Entrevue

Entretien avec Charles Tanguay, porte-parole de l’OPC

L’Office de protection des consommateurs a des outils pour soutenir les copropriétaires qui portent plainte contre un…
  01-10-2016

​L’ASCQ, au service des syndicats de copropriété

S’il y a bien un domaine complexe en soi, c’est le droit de la copropriété. La gestion d’un immeuble en…
  12-04-2016
blog comments powered by Disqus