Marc Laurendeau: « le marché de la copropriété demeure attrayant »

Publié le 01-12-2016

Marc Laurendeau, administrateur des Habitations Laurendeau


Le ralentissement ou la tendance vers une stabilisation du marché de la copropriété ne semblent pas amener les promoteurs à se détourner même un tant soit peu de ce genre d’investissement.

« Tout le monde est touché par le ralentissement à tous les niveaux. Si on prend Faubourg Contrecoeur, on aurait dû déjà le terminer. Ça a pris plus de temps. La raison est simple : notre marché, c’est un marché de deuxièmes acheteurs, des jeunes familles qui habitent déjà Montréal », indique Marc Laurendeau, lors d'une entrevue accordée récemment à Condoproprietaire, dans ses bureaux situés sur la rue Mont-Royal, à Montréal. Il précise du même souffle que le ralentissement dans la vente des copropriétés a eu un effet sur celle des maisons unifamiliales.

Marc et Éric Laurendeau dirigent aujourd’hui Habitations Laurendeau, une entreprise familiale de troisième génération comptant 40 ans d’existence. Lors de la rencontre avec Condopropriétaire, les deux entrepreneurs ont déjà bouclé le projet Le Lacordaire en livrant 20 unités (16 achetés et quatre pour la location). Il reste entre 20 et 30 maisons de ville à leur trouver preneurs sur les 350 unités du projet Faubourg Contrecoeur dont la construction a démarré il y a… sept ans ! Plateau 54, un projet qui concerne 62 copropriétés, va démarrer une fois les permis de construction seront obtenus. Dix copropriétés ont déjà été vendues pour celui-ci, rapportait M. Laurendeau.

Terrain, métro et services à proximité

À l’instar des secteurs sud-ouest du centre-ville et, dans une certaine mesure, les lieux proches du métro, le Plateau demeure toujours attrayant pourvu que l’on possède le flair d’y trouver un terrain. « On va où on trouve du terrain, c’est notre matière première, poursuit Marc Laurendeau. Idéalement, on veut tous le meilleur terrain possible situé en face d’un métro, dans l’arrondissement le plus populaire. Mais, demain, si on trouve dans NDG, on peut le prendre. »

Situé aux limites du Mile-End, Plateau 54 devrait attirer des acheteurs qui sont à la recherche « d’une vraie vie urbaine ». M. Laurendeau explique que dans ce secteur où l’on trouve UBI Soft (boulevard Saint-Laurent et Saint-Viateur) et, avec l’arrivée de CGI (au 5800, rue St-Denis), il y a beaucoup de travailleurs qui se déplacent à pied ou à vélo, d’autant plus que tous les services sont à proximité.

Dans certaines parties du Plateau et du Mile-End, on a vu des bâtiments ayant servi au secteur manufacturier, être transformés en condo, entre autres. « Faubourg Contrecoeur était un terrain vacant, un champ. On n’a pas démoli des blocs appartements ; il y avait des usines, des manufactures de textile abandonnées et d’autres qui ont quitté le centre pour aller dans des endroits où l’accès véhiculaire est plus facile », détaille M. Laurendeau.

« Pas de luxe exagéré »

Plateau 56 possède des unités qui se négocient entre 285 000$ et 430 000$. « Ce n’est pas un luxe exagéré, mais des produits de qualité », assure M. Laurendeau, qui ajoute avoir minimisé l’espace commun, de manière à éviter d’aménager un gym et un chalet sur le toit avec piscine. Leur coût d’entretien est élevé, selon lui, ce qui aurait pour effet d’augmenter les frais de condo. En revanche, les futurs copropriétaires auront un espace vert commun, entre autres.

« Ce n’est pas une question de savoir s’ils se vendent ou non », répond le promoteur à l’interrogation de Condoproprietaire voulant que les difficultés de vendre des copropriétés aujourd’hui semblent amener les investisseurs à opter pour la location. Il précise que Habitations Laurendeau « ne développe plus beaucoup la construction en bois et les plex sur le Plateau, car c’est le béton qui est privilégié dans ce secteur. » Néanmoins, M. Laurendeau précise que les projets Le Lacordaire et Plateau 54 possèdent respectivement quatre et dix unités destinées à la location.

  Les sujets traités sont offerts à titre d'information et ne représentent pas des avis juridiques.

Dans la même catégorie : Entrevue

Guy Giasson de l'ACQC et les garanties des copropriétés

Quelques copropriétaires qui ont des litiges avec des entreprises de construction font appel aux services de…
  01-12-2016

Rencontre avec Yves Papineau, avocat émérite spécialisé en droit de la copropriété

Me Yves Papineau est diplômé de l'Université d'Ottawa (1978) et membre du Barreau du Québec depuis 1979. Il pratique…
  01-09-2016

Rencontre avec Laurent Emery et Yves Joli-Coeur du RGCQ

Condopropriétaire a rendu visite à Laurent Emery, directeur général et Me Yves Joli-Coeur, secrétaire général du…
  21-06-2016
blog comments powered by Disqus