Le budget du ministre Leitao suscite des attentes

Publié le 01-03-2017

François William Simard, vice-président Développement stratégique et communications à l’APCHQ. 

Crédit : Courtoisie


L’industrie de la construction neuve aurait besoin d’un électro choc pour sortir du marasme actuel. On prévoit en 2017 31 000 nouvelles mises en chantier, une baisse de 18 % par rapport à 2016. 

« Depuis 2012, cela représente une diminution totale de 35 %. Nous ne sommes pas dans de bonnes années », affirme dans une entrevue à Condo Propriétaire, François William Simard, vice-président au Développement stratégique et aux communications à l’APCHQ.

En tournée à travers le Québec, l’Associaton des professionnels en construction et habitation du Québec espère que le gouvernement dévoilera des mesures concrètes lors de l’adoption de son budget, prévu fin mars. La question demeure : quelles sont les intentions du  ministre Carlos Leitao pour aider le secteur de l’habitation qui connaîtra en 2017 sa pire année au plan des nouvelles mises en chantier ?

L'APCHQ a récemment fait des représentations auprès du cabinet du ministre des Finances afin, entre autres, de convaincre le gouvernement d prolonger le programme Reno Vert qui se termine le 31 mars prochain.

 Aucune mesure de remplacement n’est toutefois encore prévue. « C’est une très mauvaise nouvelle pour les propriétaires et l’industrie de la construction », déplore M. Simard.

Les propriétaires de maisons ou de condominiums ont jusqu’à la fin mars pour entreprendre des travaux de rénovation concernant l’isolation ou le chauffage. Pour avoir doit à un crédit d’impôt de 20 %, les gens présentent obligatoirement une facture. L’impact est tangible. « Cela favorise la croissance économique et réduit le travail au noir. »

 

Les copropriétés

Au Québec, on constate un déclin concernant la construction de nouvelles copropriétés. En 2017, ce nombre représentera seulement 22,5 % de l’ensemble des mises en chantier. Cette proportion était de 35 % en 2014.

On assiste toutefois à un nouveau phénomène. De plus en plus, de propriétaires louent leurs copropriétés. « Les constructions pour le marché locatif sont en constante hausse pour se situer à 42 % pour 2017 », indique M. Simard.

Cependant, une ombre plane sur le parc immobilier locatif. Un sondage de la Corpiq (Corporation des propriétaires immobiliers du Québec) révèle que 81 % des immeubles auraient besoin de rénovation. « Notre parc immobilier locatif est en train de dépérir. Il y a seulement 25 % des investissements qui s’y font. »

 

RAP inter générationnel 

L’APCHQ s’inquiète du retard du Québec concernant le taux de propriété. Seulement 61 % des ménages québécois sont propriétaires comparativement à 70 %, ailleurs au Canada.  

Lors de son passage devant le comité permanent des finances à la Chambre de communes à Ottawa, en février, l’association a exprimé ses préoccupations face aux difficultés d’accéder à la propriété.

Quatre recommandations ont été proposées aux parlementaires. « On propose par exemple l’instauration d’un Rap inter-générationnel. Cela signifie qu’un parent ou un grand parent pourrait piger dans leur REER pour aider un jeune à devenir propriétaire. »

Ces fonds seraient remboursés selon les conditions en vigueur applicables au Régime d'accession à la propriété (RAP). Cette mesure n’entraînerait aucun coût ni pénalité pour le gouvernement.

74 000 ménages

Un sondage Léger et Léger indique que les jeunes Québécois âgés de 18 à 34 ans souhaitent devenir propriétaires afin de bénéficier d’une meilleure qualité de vie.

Toutefois, le resserrement des règles hypothécaires adoptées par le gouvernement fédéral l’automne dernier aura des conséquences, estime l’APCHQ. « Il sera dorénavant plus difficile d’accéder à la propriété au Québec. Plus de 74 000 ménages en seront d’ailleurs affectés. »

Mise de fonds

Le principal obstacle pour l’accès à la propriété est la mise de fonds. L’organisme espère que le gouvernement puisse mettre en place un programme d’aide à la mise de fonds. Le montant d’aide pourrait être limité à 5 % de la valeur de la maison, jusqu'à concurrence de 15 000 $ pour une maison neuve, et de 10 000 $ pour une maison existante.

D’autres mesures sont envisagées par l’APCHQ dont l’abolition de la taxe de mutation surnommée taxe de bienvenue. On songe aussi au remboursement de TPS pour habitation neuve qui pourrait être proposée aux premiers acheteurs. Le montant du boni proposé est de 5000 $ aux ménages sans enfant et 10 000 $ à ceux qui en ont.

Enfin, l’APCHQ recommande de bonifier le crédit d’impôt fédéral pour l’achat d’une habitation en le convertissant en crédit d’impôt remboursable. La valeur du crédit d’impôt pourrait être augmentée puisqu’actuellement, le maximum du montant qui peut être réclamé n’est que de 750 $.


Le secteur de l’habitation en chiffres 


Impact économique : 26 milliards $
Activités économiques de rénovation : 12,3 milliards $  
En 2017 : 31 000 mises en chantier
En 2016 : 37 900 mises en chantier
61,2 % : nombre de propriétaires au Québec
70 % : nombre de propriétaires au Canada
1,3 millions de locataires en 2011 *
Source : Enquête nationale auprès des ménages de Statistiques Canada

 

Par Annie Bourque

  Les sujets traités sont offerts à titre d'information et ne représentent pas des avis juridiques.

Dans la même catégorie : Entrevue

La FCQ, une fédération pour tous!

Condoproprietaire.com rencontre l’un des fondateurs de la Fédération des copropriétaires du Québec (FCQ) et de…
  10-05-2016

Pourquoi nos copropriétés tombent en ruine?

Hubert St-Pierre, ingénieur spécialisé en sciences du bâtiment
  29-09-2017
blog comments powered by Disqus